Ouvert au Public :

Lundi, Mardi, vendredi de 16h30 à 18h
Jeudi de 10h30 à 12h

Patrimoine :

Eglise, grotte, polissoirs...

Activités sportives  :

des manifestations toute l'année

 
Présentation de la commune

Sur le plan administratif, la commune appartient au département de Seine-et-Marne. Elle s’inscrit dans les limites de la Région Ile–de-France et dépend de la Préfecture de Melun, de la Sous-Préfecture de Fontainebleau, et fait partie du Canton de Nemours. A l’est de Nemours, en frange sud de la forêt de Fontainebleau, et à environ 87 km au sud de Paris, Faÿ-lès-Nemours est accessible par la D607, ou par l’autoroute A6 sortie Nemours (à 4 km).

 Les communes limitrophes sont  :

- Ormesson,
-
Bagneaux-sur-Loing,
-
Chatenoy,
-
Saint-Pierre-lès-Nemours,
-
La Madeleine-sur-Loing,
-
Bougligny
-
Aufferville.

 Le paysage se compose de deux types :

- un plateau agricole, situé sur la périphérie du territoire
- une vallée sèche, dominée par des coteaux boisés, dans lesquels s’est développée l’urbanisation.

D’une superficie de 778 hectares dont 30 % boisés, le territoire urbanisé s’étend sur 3,5 km.

Faÿ-lès-Nemours est une commune rurale. Son nom, autrefois Faiz et Fagidum en latin, vient semble-t-il de fagus : le hêtre. On trouve aussi la mention Fayaco dans les actes anciens. Plusieurs communes en France portent le nom de Faÿ, avec la même orthographe.

Aujourd’hui Faÿ-lès-Nemours n’abrite aucun commerce ni école. Essentiellement agricole et résidentielle la commune compte quelques entrepreneurs individuels et un poste de production et de distribution d’électricité.

La commune comptait environ 500 habitants lors du dernier recensement.

L’église du 12ème siècle, constitue un des éléments essentiels de la composition urbaine de la commune et de son image. Le  château est privé, et date du 15ème siècle pour sa partie la plus ancienne. L’ancienne école abrite aujourd’hui la Mairie, qui va être prochainement transféré dans le bâtiment C4, au sein du parc du château. Enfin, la commune possède sur son territoire des polissoirs datant de l’ère néolithique (environ 80).